Découvrir le fonctionnement du cerveau

 
Apprendre quelques éléments de neuro-sciences avec Beatrice Maine* pour comprendre le fonctionnement du cerveau a été vraiment une révélation agréable. Je ne m’attendais pas à être autant excitée et passionnée par tout ce que je découvrais. Je vous partage dans cet article quelques unes de ces découvertes.

Nos tendances

Le cerveau reptilien a tendance à voir ce qui ne va pas : il est attaché comme du Velcro aux situations difficiles. En effet, depuis l’apparition de nos premières cellules, nous avons développé un système de détection pour notre survie. Nous avons donc tendance en priorité à déceler les événements ou les éléments négatifs dans notre Vie malheureusement, dépendants de ce réflexe de survie.

Il nous faut donc batailler ferme pour stimuler l'autre mode de fonctionnement afin de repérer ce qui va bien, ce qui est sécurisant et agréable car cela glisse comme sur une poêle Tefal, au point que cela nous échappe comme une anguille en main. C’est donc une véritable gymnastique consciente qu'il nous faut faire pour muscler cette partie du cerveau.

On dit qu'il faudrait réaliser cinq situations agréables pour compenser une difficile ! Alors au boulot !

Pour faciliter l’agilité du cerveau, vivre de préférence des événements positifs, et ralentir notre vieillissement, il nous faut privilégier l’optimisme et la nouveauté. Le lien social est également un facteur de bonne santé, ainsi qu’un bon sommeil.

L’importance de la nouveauté et des nouvelles expériences

Nous devrions prendre soin de notre mémoire également. En effet, notre cartographie interne s’enrichit si nous vivons de nouvelles sensations, façons de penser, de s’exprimer grâce à la création de nouveaux réseaux synaptiques.

Nous créons alors un nouveau potentiel et cela impacte beaucoup de choses dans notre Vie. Si nous faisons toujours la même chose, nous vivons toujours la même chose.

Si j’apprends de nouvelles choses, ma mémoire s’agrandit, et j'apprends de plus en plus facilement. Grâce à la répétition et aux émotions vécues, je stocke dans ma mémoire ces apprentissages. Et chose que j’ai beaucoup aimé, c’est qu’on apprend « par corps ». Le corps à une part prépondérante dans ce mécanisme.

Le pouvoir des sens sur notre cerveau

J’ai plusieurs types de mémoires. Je n’entrerai pas dans les détails, mais ce qui m’a particulièrement intéressée est le fait que le corps, à travers les sens et la perception, et nos systèmes moteur et verbal, possède un grand rôle dans l'apprentissage de nos connaissances et de nos compétences. Ces dernières se nourrissent les unes, les autres.

Pour apprendre, plusieurs méthodes sont à notre disposition : par mimétisme comme les enfants, grâce à l'instruction par autrui, en adaptant les nouvelles informations à ce que nous connaissons déjà, ou par essai/erreur qui est en fait, la méthode la plus efficace !

J’ai aimé apprendre que faire des essais et prendre le risque de faire des erreurs, est la méthode la plus efficace. Cela rejoint l'idée que pour ouvrir nos champs des possibles, nous devons sortir de notre zone de confort, et donc nous planter parfois pour mieux grandir, comme la graine :)

Faire “reset”...

La bonne nouvelle également est que notre mémoire est reconstructible grâce à nos nouvelles expériences. Nous pouvons faire « reset » et transformer des histoires que nous nous racontons depuis des années parfois, pour en construire de nouvelles.

Ainsi, nous pouvons abandonner de vieux schémas de fonctionnement et repartir sur de nouvelles bases pour lâcher les vieilles peaux et en revêtir de nouvelles.

Par exemple, j’ai choisi de croire que je pouvais gagner de l'argent autant que mes frères, alors que dans mon inconscient familial, les femmes récupèrent les miettes si je peux m’exprimer ainsi. (C’est l’objet d’un autre article à venir : les croyances que nous avons sur nous-mêmes.)

… pour devenir soi !

le_fonctionnement_du_cerveau

Cela nous demande cependant de l'attention sans tension pour avoir accès aux « signaux faibles ». En effet, dans ma pratique comme dans celle de la pleine présence, nous sommes appelés à nous engager à ÊTRE en conscience dans notre quotidien.

Nous choisissons de nous ouvrir à ce qui est là, simplement. Nous nous laissons toucher en étant ouvert à la nouveauté et à la surprise. J’aime cette idée que le don de soi, véritable acte d’amour, permet d'être disponible aux « signaux faibles ».

Quelle poésie je trouve ! Prendre le temps d’être attentif(ve), nous relie à l’infinitésimal, à ce qui passe la plupart du temps inaperçu et cela a le pouvoir de modifier notre relation au monde.

Nous pouvons ainsi avoir de nouveaux points de vue, de nouvelles compréhensions du monde qui nous entoure. Nous pouvons ainsi avoir de nouveaux savoir-faire, savoir-être dans nos relations parfois difficiles. Pour peu que nous nous sentions en sécurité, que nous en ayons envie et que nous soyons curieux. Oui, j’observe que les personnes curieuses ont plus de chance d’avancer en se remettant en question.

 

Le fonctionnement du cerveau nous permet de devenir des explorateurs

Pour avoir de nouveaux savoirs être ou faire, nous sommes appelés aussi à « muscler la non habitude » comme en parle Olivier Houdé. En effet, nous sommes obligés d’inhiber nos habitudes, nos automatismes, pour sortir de notre zone de confort encore une fois, tout en prenant soin car elle n’est pas que négative. Oser prendre le risque de la découverte pour pouvoir en faire !

Les neuro scientifiques ont observé la « posture d'explorateur » : partir à l'aventure pour le plaisir de découvrir. Nous pouvons tirer profit de l'inattendu pour peu qu'on y prête attention, et qu'on exprime à quelqu'un au moins nos découvertes. Par exemple, notre fils Luis, nous appelle pour partager son voyage seul sac à dos en Ecosse : il vit de nouvelles expériences de Vie et est heureux de nous raconter ce qu'il explore de nouveau.

En effet, les stimulations sensorielles, différentes de tout ce qu'on connaît, sont excellentes pour le cerveau. En développant notre muscle pour « vivre du nouveau », nous allons vers de plus en plus de finesse et de perception. Nous avons accès aux signaux faibles et aux détails.

Encore faut-il accepter de changer. Je vous ai déjà partagé dans un autre article combien il est important de bouger. Là encore, il nous ait conseillé de bouger pour changer, et atteindre ce qui nous correspond davantage dans la vie.


Prendre conscience de nos intentions

Le mouvement est un bon système contre la peur. Il est toujours initié par une INTENTION.

Celle ci doit être claire pour être efficace. De façon globale, on en a toujours une. Plus elle est précise, plus cela va nous aider à la réalisation de ce que nous souhaitons. Je vais alors mobiliser mes ressources internes et externes : mes savoir-être et savoir-faire, mes expériences, et trouver des aides extérieures si je n'ai pas les compétences nécessaires.

La foi et la vision sont essentielles pour amener nos rêves dans la matière. Il est nécessaire d’agir dans les domaines de notre Vie où il y a des limites si on n'est pas satisfait de ce que nous vivons. Si nous ne faisons rien, il ne faut pas se plaindre que rien ne change !

Par exemple, il y a un an, je décidais de changer ma façon de communiquer pour me faire davantage connaître, et j'ai investis en temps et en argent pour travailler sur moi, me faire accompagner et trouver de nouveaux systèmes de fonctionnement.

Et vous, à quoi vous engagez-vous pour mettre en pratique quelque chose de nouveau ? Vous avez un endroit d'évolution possible dans au moins un des domaines de votre Vie : il suffit de commencer et le reste suivra :)

J'espère que ces quelques notions vous auront intéressés, c'est un vaste domaine le cerveau qui demande un vrai travail, mais c’est passionnant. Bonnes recherches ! Et surtout belles expériences !


Pour aller plus loin :
> découvrez ma pratique : vidéos gratuites 
*www.beatricemaine.com
> travailler avec moi : stages et programmes