Je souhaite aujourd’hui vous parler de l’importance du toucher. Si je me suis mise à travailler mon toucher, je pense, c'est parce que je ne l'ai pas été suffisamment. J'ai encore du travail pour prendre soin de moi, de toutes manières, c'est infini. La pleine présence à soi nous oblige. Elle ne nous laisse jamais tranquille. On ne peut jamais abandonner. On doit.

Communiquer par la gestuelle

Le toucher est une façon de communiquer, de faire sentir qu’on est là, présent, qu’on est attentif. « Le toucher est un moyen de communication naturel, essentiel, présent dans toutes les civilisations pour établir des relations entre êtres humains…Il symbolise la fraternité et l’entente…» disait Jean-Louis Abrassart.

On n’est pas obligé de parler, on est en lien autrement, avec le regard, ou peau à peau. Cela peut être sensuel bien sûr, mais l’intention du toucher bienveillant n’est pas une manière de régler nos frustrations sexuelles, il s’agit de bien autre chose.

En Europe, ce n’est pas évident de se toucher. Les indiennes ou les africaines massent ou portent leur bébé dès la naissance et sont très « corps à corps ». En Europe, nous n’avons malheureusement pas toujours conscience de l’importance du toucher.

Cela permet de soulager les tensions, de favoriser le sommeil, de s’approprier son schéma corporel, de rassurer ou de se recentrer, dans le plus grand respect de chacun(e) et dans un climat de confiance.

Un échange avec l’autre

Le toucher peut être puissant. Comme toute technique, il s’apprend. On peut toucher pour soulager des personnes qui souffrent, des personnes en fin de vie, mais aussi tout un chacun qui apprécie de se sentir écouté et accompagné.

Quand on touche, en dehors du fait que l’on entre en relation, on invite un échange : je suis touchée et je touche, je touche et je suis touchée. Touchée parfois en plein cœur, touchée parfois à en pleurer tellement c’est fort et puissant. (Voir mon article 4 histoires personnelles marquantes avec le toucher.)

Nous, les danseurs, sommes habitués à nous toucher, dans les portés, la danse contact, le corps à corps est commun à notre travail. Nous sommes habitués à avoir la juste distance, à donner et recevoir, à travailler le poids et le contrepoids…

C’est un apprentissage qui nous permet de nous ancrer, d’être fort(e) sur nos jambes, de ne pas faire semblant d’être solide. 

L'importance du toucher

L’importance du toucher pour prendre conscience de soi

Pendant des années j'ai eu besoin de toucher les gens. Mine de rien, comme ça : une tape dans le dos, une pression sur le bras, un peu de poids côte à côte, un déséquilibre qui vous fait basculer vers l'autre… Puis j'ai carrément pratiqué la danse contact, jusqu'à ce que je n'en n'ai plus envie… J'ai grandi et n'ai plus eu autant besoin de toucher. Un moment donné j'étais plus centrée, plus sûre de moi, plus en lien avec moi-même… J'avais appris entre temps à toucher consciemment avec la formation en Body-Mind Centering. Pendant presque 5 années, on n'a fait que ça toucher. (Voir mon article sur les 10 enseignements du Body-Mind Centering)

Toucher chacun des systèmes corporels, des cellules jusqu'à la peau, de la surface aux profondeurs. Entrer en relation consciente avec notre intériorité. Plonger dans les mystères du corps. Explorer cet univers si étonnant, si inconnu, si surprenant. Un délice.

Toucher le corps, c'est aller à la rencontre d'un trésor. Je n'avais jamais pris conscience à quel point notre instrument de vie était aussi précieux. Je n'avais jamais pris autant de temps à l'enquêter, à l'apprendre, à l'apprécier. Je le remercie chaque jour qui passe.

Le toucher fait partie de nos cinq sens et a un rôle déterminant pour notre survie, dans nos sensations de marcher, pour ressentir la chaleur ou le froid, l’exploration ou la découverte de notre environnement. Il permet un accueil, une écoute, un apaisement et du réconfort. Il est aussi indispensable que manger et dormir. Certains l’aiment et d’autres le rejettent, mais il concerne tout le monde. Il a un poids affectif inestimé et inestimable...

Pour aller plus loin :
> 4 histoires personnelles marquantes avec le toucher
> 10 enseignements du Body-Mind Centering