Je ne sais pas vous, mais à chaque fois que je me retrouve dans une foule portant des bagages, je sens ma gorge se serrer.


Je descends du bateau qui nous débarque à Ancona et me voilà parmi les passagers séparés des conducteurs : «  Only the drivers »…

Immédiatement, je ressens une petite angoisse : celle de la séparation, probablement générée par une mémoire de notre inconscient collectif, et celle de l'ancienne Patricia dépendante.

Je m’imagine les juifs à l'époque bousculés par les soldats ou les gendarmes, sommés de se dépêcher, quittant maison, souvenirs, lettres, photos à la hâte, quand ce n'est pas enfants cachés ou parents amoindris…

Je n’ose pas me l’imaginer en fait…

Je descends les escaliers du bateau, serrée par la masse pressée de descendre comme si une noyade les menaçait…

Une avec la poussette de son bébé, l'autre avec son chien en laisse, apeuré, que va t’il se passer ?

Une fois au sol je guette l’apparition de notre véhicule craché par l’antre du monstre : m’aura t’il englouti mon amoureux ?

Je songe évidemment à Pinocchio et la baleine.

Et vous, cela vous arrive-t-il d’être envahi par une mémoire qui ne vous appartient pas forcément ?
Cela vous arrive-t-il de ressentir des émotions alors que vous n’avez pas vécu vous même la situation ?

La mémoire du corps


Le corps possède plusieurs mémoires : celle de notre cerveau reptilien, celle inscrite dans nos cellules, et, notre mémoire immédiate.

Quand j’ai commencé à donner des cours, j’ai été confrontée à certaines personnes qui vivaient de fortes réactions en pleurant ou en éclatant de rire (plus rare), suite au travail effectué.

Je me rendais compte que la circulation de l'énergie et des fluides de notre corps provoquait parfois le relâchement d'un blocage ou le réveil d'une émotion enfouie, en lien avec un événement.

Le corps parle, le corps se souvient….


Nous avons en nous inscrite une mémoire collective, ancestrale, et une mémoire singulière. Celle de nos ascendants, de nos traumatismes, celle de notre histoire.

Notre corps possède la mémoire de notre Vie. C'est extra-ordinaire. J’ai fait un spectacle sur cette mémoire intergénérationnelle avec Gaïa, ma fille, et Louison, la cousine de ma grand mère, 103 ans quand nous l’avons filmée. Elle avait toute sa tête quand elle est morte deux ans après.

J’ai constaté au fur et à mesure de mon enseignement, et de ma vie, à quel point le corps est fabuleux. Il sait. Il nous guide (ou serait-ce notre âme ?) vers le chemin que nous devons emprunter pour grandir, encore et encore. Pour transformer ce que devons changer.

Lorsque nous dansons, des noeuds se desserrent, des liens se défont, des barrages cèdent sous le flot de nos liquides et de l'énergie qui circule à nouveau.

Il ne ment pas, et se montre tel qu’il est au fond. Il ne nous juge pas non plus, il constate et applique les lois de l'organisme, sans état d'âme. Quand nous dépassons les bornes, il nous le fait savoir. Il peut encaisser, longtemps, mais tôt ou tard, si nous exagérons avec la malbouffe, par exemple, il se manifestera, nous paierons les conséquences. Il a accumulé les mémoires de nos agissements et finit par réagir.

Nos cellules se souviennent de ce qui s'est passé dans notre parcours de Vie et réagissent. Notre système immunitaire se met en branle par exemple quand un envahissement nous menace ou que des bactéries ont réussi à pénétrer notre territoire. Les leucocytes interviennent pour chasser l'intrus. C'est complètement dingue ! J’adore !

Mais aussi ?

De même, une odeur est à jamais attachée à un souvenir précis : si nous ressentons la même odeur des années après, nous sommes simultanément projetés au moment de la scène en question. La fameuse madeleine de Proust dans « Du côté de chez Swann » …

Un traumatisme inscrit, imprimera dans notre mémoire que telle situation est dangereuse, et peut même aller jusqu'à rendre la personne défaillante, dans le sens qu’elle n'est plus maître de ses émotions et se laisse envahir par ses réactions intempestives, disproportionnées par rapport à la réalité.

Je suis sûre que vous aussi, vous avez des empreintes de votre passé, du votre ou de celui de vos ascendants, des rappels à l’ordre parfois sonnés par votre corps, des révélations aussi, des traces dans votre deuxième cerveau (le ventre) de confessions, ou de souffrances, de accommodements et des catalogues d’images, d’odeurs, de sons et de saveurs bien cachés, prêts à faire surface quand cela est nécessaire…

Le corps est un trésor précieux, Il est capable de mille choses stupéfiantes. Il peut nous surprendre, comme il l’a fait alors que je devais emprunter le chemin des passagers sur ce ferry en Italie, et que je me voyais forcée à suivre le troupeau docilement. Je me voyais en 1942 lors de la rafle du Vel d’hiv, alors que je ne suis pas juive, ni ma famille, mais qu'une partie de mon inconscient a engrangé la mémoire de cette période terrible.

Si vous voulez libérer vos mémoires, faire circuler l'énergie librement, bouger sans peur, venez pratiquer la danse et sens, regardez les témoignages des stagiaires ils vous partagent leur vécu...