l'hiver_sous_le_manteau_neigeuxDans le cadre de mon cycle de stages “Danses à vivre au fil des saisons”.
Parler de la saison d'hiver, pour moi, c’est évoquer mon enfance. Je suis née et j’ai grandi dans les montagnes enneigées l’hiver. De la même manière que certains ont pour paysage les immeubles des villes où ils vivent, mon univers est peuplé de sommets qui se perdent dans le ciel.

Je sais que chaque année, la neige va tomber inexorablement, mais pour moi c’est synonyme de silence, de pas qui crissent, de sons ouatés, de blancheur et de beauté.


La neige dans mon sillage depuis ma naissance

La saison de l’hiver est peut-être celle qui me rappelle le plus mes origines. Elles sont associées à mon oncle et mon frère guides de haute montagne, les igloos, le ski, les sorties en famille; le froid qui pique, l’haleine qui fume, les engelures qui brûlent, les mains et les pieds gelés, les pare-brise à gratter, les pneus à changer, le matériel à ressortir des placards chaque début d’hiver;.

Nous avons skié, nous avons glissé sur les pentes entre frères et sœurs et c'était un véritable plaisir.

Je suis à la fois excitée par l'arrivée de l'hiver et à la fois agacée. Les hivers sont longs là où je vis et il me tarde souvent qu'ils finissent.

Le froid, le bois à entrer, le fait de devoir déneiger pour sortir la voiture me pèsent parfois…

Mais j'apprécie aussi le gel des cils de mes narines, la rigueur qui nous oblige à nous blottir sous la couette, le fait de devoir ralentir et accepter est intéressant. Depuis le temps que j'explore les saisons et découvre leurs trésors, je suis beaucoup plus patiente. Je sais que c’est un passage obligé, une traversée du désert, mais au fond, sous la terre, le printemps se prépare…

Je sens davantage aujourd’hui le sens de cette saison. Je pense que les anciens, comme on dit, savaient davantage tirer profit de ce moment de répit (si on peut dire) : les veillées le soir au coin du feu, les travaux des champs qui sont terminés, le temps pour réparer ou construire.

Et vous que vous apportera le stage de l’hiver  :

Vous prendrez le temps de ralentir car c’est le moment
Vous apprendrez que dans l’apparente phase de stase de la nature, le corps grouille de Vie
Vous prendrez conscience du silence et du non mouvement
Vous apprécierez les sons spécifiques de cette saison
Vous comprendrez une fois de plus le sens des étapes de votre Vie
Vous traverserez le désert autrement
Vous irez à l'essentiel



Le feu et la lumière

Les fêtes de l’hiver célèbrent la lumière : c’est une promesse de renouvellement de la vie : noël, épiphanie, nouvel an, la chandeleur (chandelles) vers un espoir de renaissance ou une confrontation avec l’ombre.
 
A cette saison, nous travaillerons plus spécifiquement l’élément « feu » à travers la circulation du sang, la stimulation du cœur et de sa relation avec les mains, les bras, et le feu intérieur.

Dans la danse, nous chercherons l’époque du retrait total. La vie est en sommeil dans la graine, c’est la transition qui précède le début d’un nouveau cycle, le repos, la préparation à la renaissance.

Nous dansons en partie dans la nature, dans la neige, chacun choisit le lieu qui l’attire et lui évoque le plus la saison et ses thèmes.

Le silence et le toucher bienveillant : des remèdes anti-stress

Ensemble nous prendrons le temps d’écouter, de ressentir les effets de la saison sur nos états physiques, émotionnels, énergétiques et mentaux.

Nous irons marcher dans la neige, tracer notre passage, méditer au coin du feu, apprendrons le toucher du système sanguin, pour stimuler la circulation du sang. J’associe le coeur à l’élément de la saison, et aux mains qui nous servent à beaucoup de choses, mais notamment à entrer en relation.

L’apprentissage du toucher bienveillant, ressourçant, nous aidera à traverser cette période pas toujours inspirante.

Ensemble, nous prendrons le temps du silence. Il aide à découvrir le potentiel d'une personne, à la croissance des cellules de l’hippocampe, qui est responsable de la création des émotions. Il stimule les réflexes. Quand il y a silence, le cerveau passe en mode organisation : il rassemble et trie l'information. C’est un remède anti-stress naturel dont nous avons tous besoin. «N’essayez pas de comprendre le silence. Vous ne pouvez le saisir que lorsque votre mental s’est tu ».

Mais sous le manteau neigeux, la suite et le printemps se préparent…

Pour plus d’informations sur ce stage ou pour vous inscrire :

Je serai ravie de répondre à vos demandes, n’hésitez pas si vous vous posez des questions à m’écrire à contact@danseetsens.com

Pour aller plus loin :
Les bienfaits de la danse et sens 
Danses à vivre au fil des saisons

Je m'inscris ou me renseigne?