Cela fait presque 30 ans que je me rends dans le désert du Sahara. Je crois me souvenir de la première fois : j’ai eu envie de m’y plonger suite à la lecture du « Petit Prince » de Saint Exupéry. L’idée a cheminé et, alors que j’avais 26 ans, j’ai proposé à un organisateur de « séjours dans le désert », de danser lors d’un de ses séminaires en échange de ma participation gratuite à celui-ci.

C’est donc grâce à la danse que je me suis rendue pour la première fois dans le désert en Tunisie, il y a 30 ans. C’est un souvenir émouvant pour moi. Découvrez dans cet article pourquoi j’anime des stages dans le désert. Notez dès à présent que le prochain aura lieu en février 2018.


Mon amour pour le désert


Pour moi, le rapport au désert est particulièrement doux. Les sens y sont rois : on entend à des centaines de km pour peu qu'on soit attentifs. On sent une odeur très lointaine car aucun obstacle ou presque ne se dresse entre ces derniers, et les émanations peuvent circuler très loin. On voit l'espace à l’infini, sans que cela ne semble se terminer jamais. On se sent tellement petit sous la Voie lactée, le soir, allongés près du feu. On a la nette impression de faire parti(e) du Tout, inclu(e)s dans cet univers majestueux. On se love au creux des dunes comme un fennec ou un scarabée qui se cache sous la surface. On goûte au pain du boulanger cuit au feu, ou aux légumes du tajine citronné.

J’adore le désert ! Lorsque j’arrive là, c’est comme si je déposais mes bagages. Je sens comme une douche rafraîchir l’intérieur de mon corps, et tout devient simple quasiment instantanément. L’eau circule entre les espaces, les interstices de ma peau et enlève toutes les couches entre moi et le monde.

Je sais que je vais peut-être essuyer une tempête (pas drôle !), avoir trop chaud, manger tous les jours la même chose, risquer de marcher sur un scorpion, avoir du sable pendant des semaines à mon retour : dans les plis, les ourlets de mes vêtements, dans le sac, mes livres, et dans tous les orifices de mon corps, tant pis, ce que j’y vis est tellement, tellement fort que je supporte, et j’en souris même.



Pourquoi ce stage dans le désert ?


Au début, j'ai été malade, bien malade même… C'est comme si le désert nous obligeait à lâcher prise. C'est comme si l'énergie qui y règne nous poussait à nous nettoyer de l'intérieur. J’ai eu la « tourista » comme bien des touristes, mais mon corps s’est renforcé au fil des années et aujourd'hui, ça ne me fait plus rien. J’arrive et me sens « comme chez moi ». Je baragouine deux mots d’arabe, et je souris car je ne peux faire autrement : le sourire s'inscrit sur mon visage sans que je ne puisse rien y faire, et ne me quitte plus.

L'aller au désert est facile, le retour plus compliqué. Je rentre fourbue des nuits à même le sol mais j’ai du mal à le quitter, comme un amant qui nous calme, nous fait nous sentir belle et désirable.

Car dans cet espace infini, tout est possible. C’est loin d'être confortable ou facile, mais c’est magique. J’ai vu des personnes se transformer dans le désert, je les ai vu laisser tomber les voiles, les cuirasses, voir les armes.

desert_stage

Si vous venez avec moi dans le désert :


•Vous lâcherez prise d'une manière ou d'une autre

•Vous serez ému(e) à en pleurer par la beauté des paysages

•Vous n'en reviendrez pas de la douceur du sable et de cette sensation incroyable de fluidité

•Vous aurez du temps dans la journée pour faire ce que bon vous semble

•Vous assisterez à des levers et couchers du soleil comme on en voit rarement

•Vous bougerez votre corps des origines du mouvement, à la traversée de l'espace comme on ne peut le faire qu’ici

•Vous n’oublierez jamais, je vous le garantis jamais, ce séjour

•Vous sourirez tellement vous êtes détendu(e)

•Vous verrez les choses autrement

•Vous aurez trop amené dans votre sac de voyage

•Vous roulerez dans le sable et en aurez plein les oreilles et les yeux, mais « même pas mal »

•Vous vous remercierez d’avoir choisi(e) d'être là et voudrez y retourner


Le programme du stage dans le désert

J’anime ce séjour dans le cadre d’Infinitude de l’association “A ciel ouvert” avec laquelle je collabore cette année. J’ai rencontré Alain Chevillat il y a 30 ans et c’est grâce à lui que j’y suis allée la première fois… Je suis assez surprise par tout ce qu’il a mis en place pour faire se rencontrer les êtres en chemin et développer la spiritualité en France.

Je vous invite lors de ce prochain séjour en février 2018, à « vous retrouver », vous rassembler vous, et votre corps, vous et votre esprit, vous et votre coeur, peut-être vous et un(e) ami(e).

Je vous invite à venir tel(le) que vous êtes, sans faux semblant, et à laisser tomber les aprioris et les jugements pour accepter là où vous en êtes simplement, avec amour.

Nous méditerons, marcherons, danserons, écrirons, échangerons, nous relaxerons, prendrons le temps, nous centrerons, roulerons, chanterons, rirons à gorge déployée… Il me tarde de vous accompagner vers le meilleur de vous.

Pour s’inscrire ou demander des informations sur le stage qui a lieu du 17 au 25 février 2018 : contactez A ciel ouvert : www.association-a-ciel-ouvert.org. Pour plus de détails sur le contenu, contactez-moi : contact@danseetsens.com

Je m'inscris ou me renseigne?