J’ai dansé professionnellement de 1996 à 2016. J’avais écrit petite sur le questionnaire à l’école que « quand je serai grande, je serai danseuse» et je l’ai été, même si ça ne correspondait pas vraiment au rêve de l’époque. Comme beaucoup de petites filles, je rêvais de porter un tutu et de monter sur les pointes. Mais ce n’était pas mon destin, ce n’était pas ce style de danse que j’allais faire mienne.

J’ai dansé, beaucoup même, mais pas pour en faire une longue ou grande carrière, ni en danse classique, ni en danse contemporaine. J’ai d’abord enseigné durant 10 ans, puis ai rencontré un chorégraphe que j’admirais, que j’ai épousé, et avec qui j’ai eu deux beaux enfants métisses.

Puis, j’ai cherché ma propre danse, celle qui me correspondait davantage, qui me faisait vibrer, moi, qui me rendait libre.

J’ai été assistante de chorégraphe, puis chorégraphe moi-même avant de me poser la question de ma « mission » sur cette terre. Visiblement c’était pas vraiment ça ma véritable mission...j’ai quand même réalisé mon rêve d’enfant, même si c’était sans tutu et sans pointes.

J’ai aussi prouvé à ma famille qu’on pouvait gagner de l’argent en étant artiste, et en réalisant de beaux et grands projets. Mes parents n’y croyaient pas trop, ma grand mère me demandait « et maintenant tu fais quoi ? Danseuse mamie. Oui mais comme métier ? »

À partir du moment où j’ai réalisé mon plus grand projet : une biennale culturelle (avec une centaine d’amateurs sur scène accompagnés par une vingtaine de professionnels), ma carrière s’est pour ainsi dire terminé. Je n’ai pas refait d’aussi beau projet, et ai même fait un dernier spectacle que j’aurai mieux fait de ne pas faire. Je ne savais pas que ce serait le dernier à vrai dire, sinon j’aurai été plus attentive.

J’ai arrêté par la force des choses car la vie me l’a dit, crié, répété, et j’ai fini par admettre au bout de deux ans d’oreilles fermées, d’acharnement pour continuer que c’était fini. Fini ! J’ai eu vraiment du mal à l’accepter. J’adorais créé des spectacles même si je n’adorais pas tout ce que ça impliquait !

J’aurai voulu continuer mais tout m’indiquait que c’était fini, comme une histoire d’amour qui se termine mais on ne veut pas le croire, on continue d’espérer (j'ai vécu ça aussi).

J’ai donc finalement lâché l’idée de continuer la chorégraphie et ai traversé une période difficile que je pourrai qualifier de dépression. Je ne savais plus qui j’étais, ou j’allais, moi qui n’avais jamais envisagé de cesser d’être artiste, moi qui pensais qu’en vivant ce que j’aimais, ça suffisait, c’était juste...Ben non, visiblement ça ne l’était pas...c’était dur, j’avais mal, j’avais pourtant tout fait pour, j’avais encore des choses à dire, j’avais pas fini...puis, j’ai finalement changé de cap !

J’ai pris une année sabbatique pour réfléchir à la suite, faire le point, ressentir ce qui me portait, prendre des décisions, me faire accompagner, et au bout du chemin, créé mon auto entreprise. J’ai décidé d’utiliser les outils de communication d’aujourd’hui et entre autres, la vidéo et internet.

J’ai décidé de poursuivre avec la danse, le corps, moi qui étais à deux doigts de me lancer dans l’immobilier de luxe.

J’ai choisi de partir de ce que j’étais, ce pour quoi je suis experte, ce que je sais déjà bien faire, plutôt que repartir de zéro. J’ai surtout réalisé que j’avais encore beaucoup à dire, à partager, et que je pouvais le faire autrement en devenant coach corporel. Je me suis alors auto intitulé praticienne et formatrice en équilibre corps/esprit, moi qui le suis en body mind centering.

Pour transmettre au plus grand nombre et vendre plusieurs fois la même chose, j’ai donc créé un programme vidéos pour aider le monde à évoluer, pour contribuer à ma manière, à un monde meilleur. Un programme qui s’adresse à tout un chacun pour se reapproprier son corps, faire circuler le souffle et l’énergie avec ce goût particulier pour le mouvement. Pas un mouvement à la va vite, mais un mouvement habité, ému, conscient et spontané.

Je sais pour l’avoir vécu depuis 34 ans que bon nombre d’êtres humains vivent à moitié dans leur corps, sont comme séparés d’eux-mêmes, à côté de leurs pompes, pas incarnés...

J’ai alors créé un programme de huit vidéos pour « Mieux ressentir son corps ». Je peux vous en parler plus longuement si cela vous intéresse.

Je l’ai fait pour vous. Je vous invite à lire les témoignages des personnes qui m’ont suivis.

Belles explorations à vous.

Jusqu’au 8 juillet le programme est à 99€ au lieu de 149€. Vous pourrez ainsi pratiquer en vacances, là où vous êtes, quand vous voulez, vous n’avez qu’à suivre le guide :)

Un autre article à ce sujet écrit par ma collègue Béatrice Maine : https://www.beatricemaine.com/2018/03/22/reussir-lancements-professionnels-metaphore-decollage-navettes-spatiales/